CADRES UNIS CAP 2020 :« S’engager en politique, comme l’histoire du PDCI le révèle, c’est participer à une aventure dont il faut assumer tous les risques», Guikahué.


Le mouvement politique pro-Pdci-Rda ‘‘Cadres unis-Cap 2020’’ a organisé, vendredi dernier dans un hôtel d’Abidjan Plateau, sa rentrée. Le professeur Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA avait la charge de prononcer le discours inaugural de cette rentrée politique déclinée en panels.


En effet, c’est autour du thème « Engagement politique du cadre et gestion de la carrière professionnelle » que le chef du Secrétariat exécutif du Pdci-Rda, Maurice Kakou Guikahué a entretenu les responsables des ‘’Cadres unis-Cap 2020’’ et leurs invités.  

Tout en soulignant l’actualité brulante par ces temps de récupération de « tabourets » dans l’Administration publique, le secrétaire Exécutif en chef du PDCI-RDA a dénoncé ces agissements de certains politiciens de bas étage qui se font en violation fragrante de la constitution ivoirienne en son article 14. Lequel article dispose que « L’accès aux emplois publics ou privés est égal pour tous, en fonction des qualités et des compétences. Est interdite, toute discrimination dans l’accès aux emplois ou dans leur exercice, fondée sur le sexe, l’ethnie ou les opinions politiques, religieuses ou philosophiques ».

Pour la plupart des sociologues politiques, a poursuivi  Maurice Kakou Guikahué, « les cadres s’engagent politiquement pour défendre leurs idées, participer à la construction de leur propre avenir et de celui de leur pays. En adhérant à un parti politique, le cadre défend sa vision de la Côte d’Ivoire et des convictions qui lui sont propres. Il s’agit en somme des valeurs d’égalité, d’équité, de progrès; en un mot de démocratie et de libertés publiques ».

En revanche, a-t-il ajouté « la carrière professionnelle est un concept qui met en lien la projection dans le temps d’un individu en fonction de son contexte et de ses compétences professionnelles actuelles ».

Il s’agit en définitive, a dit le numéro 2 du PDCI-RDA, de voir comment concilier un projet collectif (la politique du pays) et une équation d’ordre individuel (la gestion individuelle de sa carrière professionnelle).

Si à priori, il ne peut y avoir d’obstacle à l’engagement politique du cadre, « il y a lieu de dire que parfois l’engagement politique peut être en opposition avec les aspirations du cadre parce qu’il peut courir le risque de la perte de son poste (administratif) ou de ses contrats », a déploré Maurice Kakou. Avant d’indiquer que « cela peut tiédir l’ardeur militante de certains cadres quand d’autres décideront de se battre pour relever les défis du futur. C’est là que la conviction, le sens du sacrifice et la foi prennent toutes leurs places. Car toute réussite en politique requiert le courage, la persévérance, l’endurance et la patience ».

Pour lui « l’histoire de notre Parti, le PDCI-RDA, est jalonné de cas de militants qui se sont sacrifiés pour la cause. Les compagnons de Felix HOUPHOUËT- BOIGNY ont gagné les batailles de l’émancipation au prix de sacrifices de leurs carrières professionnelles pour certains et de l’équilibre de leurs familles pour d’autres ; quand cela était nécessaire à la lutte. Sans la lutte, rien ne peut s’obtenir ».

Comme quoi « s’engager en politique c’est participer à une aventure dont il faut assumer tous les risques et sans préjuger de ce qui adviendra », a-t-il conclu

Ci-dessous l’intégralité du message du secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA

“Messieurs les membres du Secrétariat Exécutif

Honorable ADI Isaac, Député à l’Assemblée Nationale,

Monsieur le Président de Cadres Unis- CAP 2020,

Mesdames et Messieurs les membres de Cadres Unis-CAP 2020,

Honorables Invités,

Mesdames et Messieurs,

C’est un plaisir renouvelé pour moi de me retrouver en compagnie des Cadres Unis-CAP 2020 et de prendre la parole, à l’occasion de leur rentrée politique dont l’éclat est rehaussé par la présence de cet aréopage de personnalités.

Je voudrais vous saluer, vous tous : militants, militantes, membres des Groupes, Associations, Mouvements de soutien au PDCI-RDA et au Président Henri KONAN BEDIE et Invités Spéciaux, qui êtes venus communier avec les membres de Cadres Unis- CAP 2020.

Après une année difficile, caractérisée par toutes les calomnies et les procès en justice intentés par quelques cadres afin de liquider notre formation politique, le PDCI-RDA, que vous avez décidé de soutenir, il était tout à fait logique qu’on passât à une activité de remobilisation de nos troupes à travers cette rentrée politique qui fera sans aucun doute tâche d’huile.

Monsieur le Président de Cadres Unis-CAP 2020.

Avant de continuer mon propos, permettez-moi de vous transmettre les salutations militantes de SEM Henri KONAN BÉDIÉ, Président du PDCI-RDA, à tous les membres de Cadres Unis- CAP 2020.

Le Président du PDCI-RDA vous renouvelle, Monsieur le Président de Cadres Unis-CAP 2020, ses félicitations pour vos premiers pas prometteurs au Secrétariat Exécutif du Parti que vous avez intégré, il y a quelques temps.

Nos félicitations vont également à tous les membres de Cadres Unis-CAP 2020 pour la parfaite organisation de cette rencontre.

Enfin, Messieurs NDRI KOUADIO Pierre Narcisse, KAMAGATE Brahima et ADI Isaac, panélistes, merci d’avoir accepté d’accompagner vos frères et sœurs par votre participation à l’animation de cette rencontre.

Dans le contexte actuel de préparation de l’élection présidentielle de 2020, que le PDCI-RDA ambitionne de gagner, le thème de cette rentrée politique nous permet d’effectuer une incursion dans la réalité quotidienne de la politique en Afrique en général et en Côte d’Ivoire en particulier, et de mettre en opposition l’engagement politique et la réussite professionnelle, surtout lorsque les convictions politiques du cadre ne rencontrent pas celles des tenants du pouvoir d’Etat du moment.

Mesdames et Messieurs,

Engagement politique du cadre et gestion de la carrière professionnelle, tel est l’intitulé de notre réflexion de ce jour pour la simple raison que vous appréhendez déjà la difficulté à trouver un équilibre entre l’engagement politique et la gestion d’une carrière professionnelle.

Ce thème est d’une actualité brûlante par ces temps de récupération de «tabourets» dans l’Administration publique, en totale violation de l’article 14 de notre constitution qui dispose :

«L’accès aux emplois publics ou privés est égal pour tous, en fonction des qualités et des compétences. Est interdite, toute discrimination dans l’accès aux emplois ou dans leur exercice, fondée sur le sexe, l’ethnie ou les opinions politiques, religieuses ou philosophiques».

Je voudrais vous livrer quelques réflexions introductives aux exposés des conférenciers qui nous permettront de trouver des réponses aux questionnements que suscite la problématique de l’engagement politique et de la gestion de la carrière professionnelle.

Dans son acception, l’engagement politique est une attitude qui consiste à intervenir dans la vie de la société. Il s’agit d’un mode de vie et de pensée, de partage d’une vision d’un groupe qui se traduit par une participation active à la vie politique ou intellectuelle de la société.

Mais, on a tendance à penser que l’engagement politique est une absence de liberté parce qu’on affirme que le cadre qui s’engage est contraint à des obligations au risque d’entraver parfois son ascension sociale. Or l’engagement politique renvoie à l’engagement du citoyen « au cœur de la cité » pour contribuer à la gestion de celle-ci.

Pour la plupart des sociologues politiques, les cadres s’engagent politiquement pour défendre leurs idées, participer à la construction de leur propre avenir et de celui de leur pays. En adhérant à un parti politique, le cadre défend sa vision de la Côte d’Ivoire et des convictions qui lui sont propres. Il s’agit en somme des valeurs d’égalité, d’équité, de progrès; en un mot de démocratie et de libertés publiques.

En revanche, la carrière professionnelle est un concept qui met en lien la projection dans le temps d’un individu en fonction de son contexte et de ses compétences professionnelles actuelles.

La carrière professionnelle peut être examinée sous divers angles notamment la gestion du capital humain. Elle concerne les politiques et les pratiques de parcours professionnel dans les organisations (gestion des carrières) ; le parcours d’un individu ; des normes et connaissances construites.

Si on s’en tient aux différentes acceptions, il s’agit en définitive de voir comment concilier un projet collectif (la politique du pays) et une équation d’ordre individuel (la gestion individuelle de sa carrière professionnelle).


L’histoire de notre Parti, le PDCI-RDA, est jalonné de cas de militants qui se sont sacrifiés pour la cause. Les compagnons de Felix HOUPHOUËT- BOIGNY ont gagné les batailles de l’émancipation au prix de sacrifices de leurs carrières professionnelles pour certains et de l’équilibre de leurs familles pour d’autres ; quand cela était nécessaire à la lutte. Sans la lutte, rien ne peut s’obtenir”.


Il y a lieu de dire que parfois l’engagement politique peut être en opposition avec les aspirations du cadre parce qu’il peut courir le risque de la perte de son poste (administratif) ou de ses contrats.

Ce qui peut tiédir l’ardeur militante de certains cadres quand d’autres décideront de se battre pour relever les défis du futur. C’est là que la conviction, le sens du sacrifice et la foi prennent toutes leurs places car toute réussite en politique requiert le courage, la persévérance, l’endurance et la patience.

L’histoire de notre Parti, le PDCI-RDA, est jalonné de cas de militants qui se sont sacrifiés pour la cause. Les compagnons de Felix HOUPHOUËT- BOIGNY ont gagné les batailles de l’émancipation au prix de sacrifices de leurs carrières professionnelles pour certains et de l’équilibre de leurs familles pour d’autres ; quand cela était nécessaire à la lutte. Sans la lutte, rien ne peut s’obtenir.

S’engager en politique c’est participer à une aventure dont il faut assumer tous les risques et sans préjuger de ce qui adviendra.

Mesdames et Messieurs, permettez-moi de clore mon propos par cette devise de Guillaume 1er d’Orange, l’un des éléments clés de l’enseignement du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY:

«Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer».

Je vous remercie pour votre aimable attention”.

Fait à Abidjan, le 3 mai 2019

Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA

Josué Abraham

(civnews225redaction@gmail.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CADRES UNIS CAP 2020 :« S’engager en politique, comme l’histoire du PDCI le révèle, c’est participer à une aventure dont il faut assumer tous les risques», Guikahué.

par Josué Abraham temps de lecture: 7 min
0