KATIOLA:«Vaincre le signe indien de l’échec répété., rompre les amarres avec la querelle des héritiers.,et assumer les devoirs de la nouvelle génération», comité politique.


Convoqué par Guillaume Soro lui-même depuis le Nord où il a installé ses quartiers, le Comité politique a tenu du 10 au 11 mai la première réunion pour analyser les activités dudit comité mais aussi et surtout la situation sociopolitique nationale. Un ordre du jour qui a permis au comité de recentrer son agenda désormais décliné en quatre sillons.


En effet, ce comité politique s’est tenu sous la président de son Président, Guillaume Soro. Après les échanges, le comité Politique a pris un certain nombre de décisions, notamment celles de créer un nouveau cadre d’expression politique et de proposer une nouvelle offre politique aux ivoiriens.

Et cette offre du comité politique, précise le communiqué final de cette réunion,  «renvoie à quatre idées fondamentales, nées de l’écoute patiente des Ivoiriens par notre Organisation et inspirées de l’expérience politique des choses de l’Etat par notre leader Guillaume Kigbafori Soro », précise le communiqué final de cette réunion dont Civnews a eu copie. Avant de les décliner en « quatre sillons du futur que trace depuis de longues semaines, le Président du Comité Politique, Guillaume Kigbafori Soro dans les terroirs de Côte d’Ivoire ». A savoir :

Primo « doter définitivement la Côte d’Ivoire d’un Etat de droit moderne, exemplaire, consacrant l’indépendance de la justice et l’égalité de toutes les personnes physiques et morales face à la Loi en Côte d’Ivoire. Faire par conséquent de la Démocratie ivoirienne une référence positive indiscutable en Afrique et dans le monde. Vaincre le signe indien de l’échec répété de l’instauration d’un Etat de droit authentique en Côte d’Ivoire depuis 1960. Ce qui nous impose de rompre les amarres avec la querelle des héritiers et des opposants du Président Houphouët et d’assumer les devoirs de la nouvelle génération d’acteurs de l’Histoire nationale. Le pays ne peut plus être pris en otage par les haines, les vengeances sempiternelles et les rancœurs réchauffées du passé. Il doit être exalté dans un contrat social irréfragable ».

Segundo « réaliser le développement intégral et harmonieux de la Côte d’Ivoire par la méthode du développement endocentré et écologique, qui consistera à comprendre par l’écoute des Ivoiriens, la nature profonde de leurs problèmes réels ; élaborer par la démocratie participative, les solutions aux problèmes Ivoiriens avec les Ivoiriens eux-mêmes ; impliquer les Ivoiriens dans la mise en œuvre des actions d’amélioration de leurs conditions de vie ; instaurer une culture de l’auto-évaluation parmi nos populations afin de sauvegarder dans toutes les actions menées, l’environnement de nos vies ».

Tercio « bâtir une socioéconomie pragmatique de champions nationaux et internationaux Ivoiriens en tous domaines (économie, éducation, culture, arts, sports, tourisme, agriculture, recherche, défense, santé, etc.) , afin de trouver une réponse ivoirienne durable à la persistance du chômage de masse, de l’inadéquation formation-emploi, de la faiblesse de la recherche de pointe, de la faiblesse de l’industrialisation, de l’insuffisante diversification de l’économie, du difficile accès des entrepreneurs nationaux au crédit. Bref impliquer résolument tous les Ivoiriens dans la réalisation du bien-être en Côte d’Ivoire, en faisant de l’Humain, le cœur du projet économique, au lieu de survaloriser le profit, comme le font ceux qui font travailler l’argent sans faire travailler les gens ».

Enfin « Bâtir une véritable nation ivoirienne au-delà des particularismes communautaires akan, krou, gour et mandé, à travers et au-delà de la diversité religieuse, du pluralisme idéologique ou des contrastes régionaux. Et pour cela, éduquer, valoriser, juridiciser et promouvoir une citoyenneté ivoirienne réellement républicaine, à l’abri de toute récupération politicienne en vertu de l’indépendance de la justice et du respect de la Charte des droits et devoirs des citoyennes et citoyens de ce pays, sans discrimination aucune. Ce qui nous impose, de surcroît et concomitamment, la réussite du processus actuellement retardé du pardon et de la réconciliation inter-ivoiriens ».

 « La tournée débutée dans cet esprit dans le Nord se poursuivra à l’Est, au Sud, au Centre, à l’Ouest du pays. Pas un coin d’humanité que nous ne bêchions et fouillons, afin de remettre réellement la Côte d’Ivoire au travail. La détermination, la résolution et la clarté du Devoir qui appellent le Comité Politique n’ont d’égales que la ferveur, la chaleur, la fraternité et la sincérité rencontrées par le Président partout où il passe dans le pays », indique le communiqué final. Lequel est présenté comme « un bilan d’étape », non sans appeler « les Ivoiriens à ne pas perdre confiance, à ne céder d’aucune façon à la peur, aux chantages, à l’arrogance et à la suffisance des dominants de l’heure ». « Le Comité Politique, immergé au cœur du Peuple de Côte d’Ivoire et en communion avec lui, est résolument en marche vers la construction d’une nation alerte face aux défis qui l’assaillent. Nous demandons par conséquent à tous les Ivoiriens épris des mêmes idéaux que le Comité Politique de marcher résolument du même pas pour la victoire de la justice et le triomphe de l’espérance », conclu le communiqué final de la première réunion du comité politique de Katiola.


Georges KOUASSI

(Civnews225redaction@gmail.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KATIOLA:«Vaincre le signe indien de l’échec répété., rompre les amarres avec la querelle des héritiers.,et assumer les devoirs de la nouvelle génération», comité politique.

par Civnews. net temps de lecture: 4 min
0