GOUVERNEMENT-SYNDICATS DES ENSEIGNANTS : COSEF-CI/RICI et la ministre Kandia Camara se séparent dos à dos.


Afin de poursuivre les négociations dans le cadre de la recherche de solutions durables à la crise qui secoue l’école depuis novembre, la ministre de l’Education Nationale et de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, Kandia Camara, a invité les syndicats des enseignants à une séance de travail le vendredi 17 mai. A bien lire la réaction des syndicats, notamment de la COSEF-CI qui indique que « le destin des enseignants se trouve dans leurs propres mains », on peut sans risque de se tromper dire que le gouvernement et les syndicats se sont quittés dos à dos.


Tous les observateurs de l’’école ivoirienne pensaient que pour une fois, la fumée blanche sortirait de cette réunion convoquée par la ministre Kandia Camara. Surtout qu’après les grèves de février-mars qui ont conduit au séminaire convoqué par le gouvernement à l’effet d’harmoniser les revendications des syndicats des enseignants d’avec les possibilités financières actuelles de l’Etat, cela fait plus d’un mois que les résolutions de Grand Bassam sont sur la table du premier ministre chef du gouvernement. C’est dire que le gouvernement n’avait plus besoin d’une énième réunion pour se prononcer sur ces résolutions. Tout naturellement aucun début de solution n’a été présenté à la fin de ces quatre heures d’échanges.


A LIRE AUSSI://EDUCATION NATIONALE : L’examen d’entrée en sixième/CEPE aura lieu le 1er juillet 2019, l’année scolaire désormais découpée en deux semestres.


Pacôme Attaby, porte-parole de la COSEF-CI et initiateur de cette grève qui donne du fil à retorde au gouvernement, est quant à lui formel. « Nous n’avons pas noté une volonté réelle du gouvernement d’aller à la résolution de nos problèmes. Le destin des enseignants de Côte d’Ivoire se trouve dans leurs propres mains. Nous directoire, nous restons ferme dans notre conviction de conduire le mouvement que les enseignants de Côte d’Ivoire nous ont confié », a réagi Pacôme Attaby de la COSEF-CI.

Un communiqué servant de compte rendu de cette réunion posté sur les réseaux sociaux par la COSEF-CI se passe de commentaire : « Comme nous pouvons le constater, le gouvernement n’est pas disposé à résoudre le problème des enseignants. Seule une lutte bien menée pourra nous faire triompher ! C’est pourquoi nous appelons encore l’ensemble des instituteurs à rejoindre sans hésitation la COSEF-CI qui est sur le bon chemin ! Ôtons de nous la peur. Les intimidations, les menaces de tout genre, même les plus surréalistes ne devraient pas avoir raison de nous, au point de nous éloigner de notre objectif » !


A LIRE AUSSI://FACE A LA GREVE DE LA COSEF-CI :« Tout enseignant qui se mettra en grève, va assumer les conséquences ; trop, c’est trop », kandia Camara.


Pourtant note la ministre Kandia Camara « Nous nous sommes parlés, ; nous nous sommes accordés sur bon nombre de points qui sont effectivement réalisables et qui peuvent être satisfaits au niveau de la fonction publique qui nous a donné des assurances ». Avant d’ajouter en guise d’impuissance « les points qui n’ont pas pu trouver des solutions seront transmis au premier ministre. C’est ce que nous allons faire les jours à venir ».  Evidemment, cette conclusion du ministre Kandia Camara suscite au moins une question : depuis le séminaire, qui du premier ministre et de la ministre Kandia Camara avait reçu les résolutions de Grand Bassam pour traitement ? Pourquoi c’est maintenant que la ministre Kandia Camara se résout à envoyer les dossiers au premier ministre qui était censé l’avoir depuis la fin du séminaire de Grand Bassam pour traitement ? Au-delà, pourquoi le premier ministre n’a pas réclamé les dossiers s’il ne les avait pas?  En fait le ver est dans le fruit qui est en train de pourrir. Le gouvernement ne semble pas prendre les choses à bras le corps pour sortir l’école ivoirienne de sa léthargie. Et à bien regarder la diligence avec laquelle la ministre Kandia Camara se saisi des dossiers de l’école au profit des dossiers du RHDP montre bien l’intérêt que tout le gouvernement et son premier ministre portent à l’Ecole ivoirienne.

A corps défendant, les observateurs de l’école ivoirienne et surtout les parents d’élèves ne peuvent que montrer leur agacement. Loin de ne condamner que les seuls syndicats pour « la surenchère dans les revendications », les parents d’élèves devraient ici et maintenant scruter l’ardeur et la diligence avec lesquelles le gouvernement traite le dossier de l’école qui, à bien regarder n’est pas ici et maintenant une priorité.  


Josué ABRAHAM

Civnews225redaction@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GOUVERNEMENT-SYNDICATS DES ENSEIGNANTS : COSEF-CI/RICI et la ministre Kandia Camara se séparent dos à dos.

par Civnews. net temps de lecture: 3 min
0