AFFAIRE ORPAILLAGE ET CONVOYAGE ILLÉGAUX: « Le gouvernement fuit ses responsabilités et use de manipulation », dénonce Abel Naki qui soutient Bédié et le PDCI-RDA.


L’orpaillage clandestin, le convoyage illégal et massif de nombreux étrangers en Côte d’Ivoire et la fraude sur la nationalité Ivoirienne font une entrée fracassante dans le marigot politique ivoirien. Le Président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, en dénonçant ces fléaux, ne s’attendait pas à la condamnation du Gouvernement. D’où la réaction du Abel Naki, Président fondateur du Cri-Panafricain, en soutien au président du PDCI-RDA.


« Suite a une sortie médiatique du Président Henri Konan Bédié, Président du PDCI-RDA, dénonçant l’orpaillage clandestin, le convoyage illégal et massif de nombreux étrangers en Côte d’Ivoire, la fraude sur la nationalité Ivoirienne, Le gouvernement ivoirien est monté au créneau dans un communiqué dans lequel il s’insurge et accuse le président du PDCI-RDA de vouloir mettre en mal la cohésion sociale. Le débat semble ainsi engagé et les avis fusent de part et d’autre.

Face à cette situation, je voudrais, avec tout le Cri-Panafricain apporter notre soutien sans faille au Président Henri Konan Bédié, qui en réalité n’a fait qu’aborder un sérieux problème dont le gouvernement devrait se saisir dans une posture de défenseurs du territoire, des biens et de l’identité de la nation ivoirienne comme le lui recommande la constitution de notre pays.

Il devrait apporter des solutions à ce grave problème que nul n’est censé ignorer l’existence depuis quelques années en Côte d’Ivoire. Il faut bien qu’il soit réglé dans la légalité, et la justice.


A LIRE AUSSI://BILLON AU GOUVERNEMENT : « le PDCI-RDA n’a pas peur de la menace pénale, mais la peur de la défaite en 2020 commence déjà par vous ébranler ».


La Côte d’Ivoire est un État souverain qui a des lois dont les gouvernants en sont les garants. Ils ont le devoir de protéger le peuple ivoirien, sinon, nous serons en mesure d’affirmer que le régime de M. Ouattara protège et soutien cette vaste entreprise d’escroquerie, de braquage, de fraude de la nationalité ivoirienne et de spoliation des Ivoiriens.

Ce problème n’a rien à voir avec la cohabitation entre Ivoiriens et étrangers. Les Ivoiriens et les étrangers vivent très bien, et en de bons termes. Ce n’est non plus une action ou une tentative de division des Ivoiriens.

En orientant de la sorte le débat, le gouvernement fait une fuite en avant, en refusant la vérité qui l’oblige à agir dans l’intérêt des Ivoiriens. Le régime de M. Ouattara, comme de coutume tente de détourner le problème. Il tente encore une politique de manipulation. C’est une fuite en avant que nous dénonçons.

Nous invitons donc les Ivoiriens et même les autres ressortissants étrangers vivant en Côte d’Ivoire à faire preuve de vigilance. Il y a bien des voyous venus d’ailleurs qui occupent illégalement des forêts, ils occupent de même des terres pour l’exploitation illégal de l’or. Ils se procurent frauduleusement de la nationalité ivoirienne à des fins obscures.

Ceci est une des graves conséquences nées de la crise post-électorale de 2010, et que le gouvernement n’a jamais voulu régler. D’où l’échec total de la réconciliation nationale.

Le gouvernement n’avait jamais été mis face à la réalité des faits. Aujourd’hui, Président Henri Konan Bédié n’a fait que soulever cette importante question qu’il faut en urgence régler pour le bien de tous.

Dans ce combat de la souveraineté nationale, le Cri-Panafricain, parti politique de l’opposition ivoirienne et allié du Pdci-Rda apporte tout son soutien au président Henri Konan Bédié et se tient prêt à ses côtés pour rendre aux Ivoiriens une paix durable et un mieux-être ».

Abel Naki

Président fondateur du Cri-Panafricain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AFFAIRE ORPAILLAGE ET CONVOYAGE ILLÉGAUX: « Le gouvernement fuit ses responsabilités et use de manipulation », dénonce Abel Naki qui soutient Bédié et le PDCI-RDA.

par Civnews. net temps de lecture: 3 min
0