CÔTE D’IVOIRE: « Nous n’avons pas de problèmes de xénophobie, mais plutôt des problèmes avec la corruption à deux chiffres », Gnamien Konan.


Xénophobie par-ci, xénophobie par-là : les ivoiriens seraient devenus Xénophobes… Faux ! rétorque Gnamien Konan, président de L@ Nouvelle Côte d’Ivoire. Aussi s’empresse-t-il de mettre la lumière sur les difficultés aveuglantes qui étreignent la Côte d’Ivoire. Lesquels problèmes sont plus graves comparés à la pseudo xénophobie. « Nous n’avons pas de problèmes de xénophobie en Côte d’Ivoire. Nous avons plutôt des problèmes avec la corruption à deux chiffres, (…) », a-t-il dénoncé.


En effet, pour le Président de L@ Nouvelle Côte d’Ivoire, il faut éviter de se fait peur pour des problèmes qui n’existent pas, tel la xénophobie. Il faut plutôt regarder les problèmes qui freinent la croissance du pays. Au premier rang de ces problèmes, figurent en bonne place « la corruption sur tous les plans ; l’insécurité qui a pris de l’ampleur ; les difficultés au niveau de l’école et la formation ; le chômage ; la hausse du coût de la vie », énonce-t-il.


A LIRE AUSSI://GNAMIEN KONAN AUX JEUNES : « Jeune ivoirien ton avenir est entre tes mains ».


Au surplus, le président de L@ Nouvelle Côte d’Ivoire stigmatise « les effectifs pléthoriques dans les classes du primaire, du secondaire et dans les amphithéâtres ; la transformation des produits agricoles ; le transport pour aller au travail et à l’école ; l’orpaillage clandestin, les institutions pléthoriques et inutiles, le foncier, la décentralisation, le logement des étudiants, le budget inexistant de la recherche scientifique et technologique, la croissance exclusive, Problèmes de réseau à Panigokro et à Plikétotokro Problèmes de réseau à Panigokro et à Plikétotokro, la côtière, les routes Yamoussoukro-Bouaflé, Gagnoa-Oumé, Gagnoa-Soubré, Soubré-San-Pedro, les bétails électoraux, c’est Kobé qui a confirmé, la CNI payante, l’endettement accéléré, la dette intérieure particulièrement celle des fondateurs d’établissements scolaires et universitaires, la masse salariale, les embouteillages permanents à Abidjan, le transfert de la capitale, la protection des nos forêts classées, le débauchage des élus après leur élection, l’indépendance de la CEI, l’adressage des rues, les lourdeurs administratives, le parti unique ou unifié, le parti unique ou unifié,le parti unique ou unifié…».


A LIRE AUSSI://DEPARTS AU RHDP A LA ‘’UNE’’ DES MEDIAS : « Qu’ont-ils fait pour la Côte d’Ivoire depuis qu’ils sont nés, à part s’enrichir sur le dos des Ivoiriens?», Gnamien K.


Aussi invite-t-il le régime RHDP à régler ces problèmes. A contrario, il devrait démissionner et laisser la place. « Si vous ne pouvez pas régler ces problèmes dégagez maintenant », leur a-t-il lancé. Avant de déclarer l’amour de la Côte d’Ivoire pour les étrangers.  « Nous on les a toujours aimés. Et on a l’intention de continuer dans le respect mutuel. Peut-être que ce sont les étrangers eux-mêmes qui ne nous aiment pas », a-t-il conclu.


Ousseni Sawadogo

Civnews225redaction@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CÔTE D’IVOIRE: « Nous n’avons pas de problèmes de xénophobie, mais plutôt des problèmes avec la corruption à deux chiffres », Gnamien Konan.

par Civnews. net temps de lecture: 2 min
0