EXCLUSIVITE ‘’MERCREDI DU PDCI’’: Emile Constant Bombet parle de Félix Houphouet Boigny et de l’Houphouetisme dans une Côte-d’Ivoire en crise.


Le vice-président du PDCI-RDA et vice coordonnateur des activités des vices-présidents du PDCI-RDA, Emile Constant Bombet, était face aux militants du PDCI-RDA le 19 juin dernier. Un objectif, partager son expérience de l’Houphouétisme, lui qui a été Sous-préfet(1974-79), Préfet (1981-1990) et ministre de l’Intérieur et Sécurité (1990-1993) sous le premier président de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouet Boigny. Au cœur de ces échanges avec le comité des sages de parti et des militants : « l’Houphouetisme, un patrimoine national à pérenniser ».  Afin d’embrasser largement ce thème, l’ex ministre d’Etat l’a décliné sous l’angle  de : « l’Houphouetisme : un héritage  multidimensionnel ».  


Ci-dessous la déclaration liminaire de ce serviteur chevronné du PDCI-RDA. 


« Quelle audace !   Oui, quelle audace, face à ce parterre de Personnalités, dont certaines  ont  pratiqué  des  Années  durant,  le Président  Houphouët-Boigny,      à  divers titres, de vouloir s’aventurer dans les méandres de cet impressionnant  Patrimoine qu’est l’Houphouëtisme ?

Et  c’est  parce qu’ils  sont  encore  là, que  j’ose !   Assuré  de  leur  tolérance,                de  leurs  conseils   et  de  leurs  orientations, en  cas  d’éventuel  égarement. 

C’est  d’ailleurs,  ce  qui  justifie le fondement  que  j’assigne à  la  présente démarche,  à  savoir : « La  rencontre  du  Donner et  du  Recevoir ».            

Pouvait-il  en  être  autrement, quand  l’on  sait  que  les  initiateurs de ces conférences  qui  nous font l’insigne honneur de leur distinguée présence, sont avant  tout, des sachants,  retranchés  dans  leur  modestie  légendaire, avec des  sommes  de  connaissances  pointues et diversifiées !

Ces rencontres destinées aux strates de Cadres du PDCI-RDA, dont notamment, ces   jeunes   Intellectuels,  notre  espoir,  l’espoir  de  toute  la  Côte  d’Ivoire, permettent, entre autres, d’assurer un  brassage générationnel  fécond, pour   la dynamique de notre famille politique.

Aussi, en m’honorant de votre invitation, c’est avec une assurance non feinte d’apprendre,    à  mon  tour, au  contact  des  Aînés  et  cadets, si dignement représentés   ici,  plutôt  que  de  vous  livrer  un  exposé  magistral,  sur l’Houphouëtisme  dans  tous ses contours, qui  sommes toute, épousent tous    les aspects de notre société.

L’Houphouëtisme !                                                                                                                               Que recèle donc ce terme qui devient un refrain quotidien pour tous les Partis Politiques,  y compris ceux qui se construisent, par ces temps qui tanguent et pour cause !                                                                                                                                                                                      N’est-ce pas là une fierté légitime pour celles et ceux, modelés  dans  le moule   du PDCI-RDA, façonné  par le Grand  Orfèvre  que fut Félix Houphouët-Boigny,  de vénérée mémoire ?

 En affirmant dans une de ses brillantes réactions, face à la sollicitation relative à ses Mémoires, le Président Houphouët-Boigny affirmait sans ambages que les deux  Grands  de  l’histoire de ce  monde  les plus  lus, sans avoir laissé d’écrits, étaient Jésus et Mahomet.   

Cette  affirmation, interpellatrice des Cadres Ivoiriens, et, notamment, ceux issus du PDCI-RDA, nous  plonge  aujourd’hui,  au  cœur  même  des  réalités Nationales  où, ceux qui ont à peine aperçu le Président Houphouët-Boigny, s’affublent   des  affirmations   sur  l’Houphouëtisme ;  ce   qui   doit,  tout naturellement, nous  amener  à  plus  d’engagement,  dans  l’étude  et  la pérennisation de  son œuvre, en tant qu’héritiers  Politiques.

C’est le lieu,  de rendre hommage aux  Membres du  Comité des Sages,  pour cette initiative pertinente, devant nous rassembler dans un cadre « du donner et du recevoir » et de la consolidation de notre fraternité.  

                        « L’HOUPHOUETISME »      

Tel  est, décliné, le sujet que vous avez bien voulu soumettre à notre sagacité !

J’en mesure, et le poids et la responsabilité, tout en me rassurant de la portée significative de  votre  contribution, à l’effet  d’enrichir la perception de l’œuvre  de  ce  Grand Homme d’exception                                                                                                                 Loin de nous, l’idée de vous imposer un concept, mais cependant, de vous faire partager un constat  contributif  à une éventuelle conceptualisation   de l’Houphouëtisme.    

Mais en fait, l’Houphouëtisme, quel est le véritable sens de ce mot, qui tire naturellement sa racine du prestigieux Nom du Président fondateur  du PDCI-RDA et Père de la Côte d’Ivoire Moderne ?               

Comment  donc définir  ce  concept qui rime  avec tout ce qui est en rapport positif d’avec  notre Pays ?                                                                                                         Félix Houphouët-Boigny, pour citer notre Aîné Paul Akoto Yao, «  est en effet,  un mythe, une légende vivante, un Homme-Dieu pour certains, un Démon pour d’autres-Homme protée, polyforme, inexprimable.                                                                       En parler, relève de l’art. Mais quel art ? Le peindre, mais avec quel pinceau ?   Le sculpter, mais avec quel ciseau ? Comment saisir ce qui est insaisissable et ce qui ne peut se laisser apprivoiser ?                                                                           

Rendre un, ce qui est multiple, mais par quel manège ou exploit ?                                                                                              Assurément, il faudrait du talent, pour une telle entreprise pleine de risques. »

                                                                                                                                                                                                                     En définitive, l’Homme-Houphouët-Boigny  est  seul, à même de dénouer cette problématique qui rythme avec sa vie à travers l’immensité de ses œuvres.  

Alors, l’HOUPHOUETISME, est-il une Doctrine ou une Idéologie ?

En ce qui nous concerne, à l’observation des faits, l’option est sans équivoque !

Il s’agit d’une Doctrine Politique qui tire ses origines dans l’esprit d’un Grand Homme, dans un pragmatisme de l’Action, au service du Peuple.

                                                                                                                                                                        C’est  une  Action  Politique,  sociale  et  hardie,  mise  en  œuvre  par Félix Houphouët-Boigny,  à  partir  de  la  vision  qu’il  a  eu,  de  créer  la  Nation  Ivoirienne  indépendamment de tout sectarisme et, visant à la promotion du développement économique et social de la Côte d’Ivoire, dans une planification rigoureuse,  sous-tendue  par  des  études  prospectives  pertinentes, reposant   pour  l’essentiel sur l’agriculture,  avant  la  phase  Industrielle  et l’exploitation rationnelle des ressources minières et énergétiques.

En  un  mot, c’est la résultante de la traduction de la vision et de la pratique quotidienne de notre Société humaine par l’Homme d’Etat, Félix Houphouët-Boigny.

A ce stade de nos propos, y a-t-il meilleure illustration que ce témoignage de celui dont il fut l’un des meilleurs collaborateurs, Ministre d’Etat?  Et je cite :

« Houphouët-Boigny, cerveau politique de premier ordre, de plein pied avec toutes les questions qui concernent non seulement son Pays, mais l’Afrique et le monde entier, ayant chez lui une autorité exceptionnelle et, au dehors, une indiscutable influence et les employant à servir la cause de la Raison. » Charles de Gaulle, « Mémoires d’Espoir », 1970.

« Servir la cause de la raison ! », oui, le mot est lâché, celui-ci dépeint l’Homme  dans sa profondeur et son humanité: Houphouët-Boigny.                                                

Cependant, sans prendre véritablement position, des leaders politiques se sont contentés sur la question, de mettre à la disposition du Public, un florilège de textes non accompagnés d’Analyses à fortiori d’exégèses.

  Afin qu’en lisant et relisant les discours, les allocutions, les déclarations,   les improvisations prononcés par le Médecin, le Planteur, le Leader Syndical et  Politique, l’Homme d’Etat,  le  Président de la République, que chaque  Ivoirien fasse sienne, la pensée  sociale  de Félix Houphouët-Boigny ; car l’Héritage légué doit être assumé par tous les  Ivoiriens en général  et, tous les  Militants  du PDCI-RDA,  sa  Famille   Politique  originelle, en particulier.


« C’est  sur cette rubrique  que  se  dessine  pour  moi, la  différence entre les  Houphouésiens  et les Houphouëtistes. Ces derniers, s’appuyant dans certains cas,  sur une Doctrine ou une Idéologie mal assimilée, travestissent la pensée sociale de Félix Houphouët-Boigny. Cette  pensée  se  caractérise,  pour  les Houphouésiens,  dans  le  pragmatisme  de  l’action  au  sein  du PDCI-RDA d’abord,  et  ensuite, sur la base des  valeurs  partagées  avec les autres et évoquées plus haut ».


C’est ainsi que cette pensée sociale sera intégrée, par chacun et par tous, dans l’action au quotidien, pour des futurs Nationaux et Ivoiriens.

C’est  à  ce  niveau, qu’il  importe  d’affirmer, dans  le  PDCI-RDA,  que  l’héritage de Félix Houphouët-Boigny est multidimensionnel.                                                                                                                        D’ailleurs, le Père  de  la  Nation, en  dresse lui-même, un  Cadrage, ce  15  Janvier 1962, devant l’Assemblée Nationale de notre Pays :     

« La Côte d’Ivoire moderne sera telle que nous la ferons tous ensemble par l’UNION des Cœurs  et  des  Esprits, la  DISCIPLINE  librement  consentie et pratiquée, et le TRAVAIL enthousiaste, dans une Afrique que nous voulons voir devenir rapidement, la terre de la Concorde et de la Fraternité….C’est l’UNITE qui nous permettra de décourager les menées extérieures  anti-Ivoiriennes  et ne pas  gaspiller  nos efforts  en de vains palabres ; c’est le TRAVAIL qui nous donnera prospérité et capacité de développement. C’est la DISCIPLINE, qui  n’empêche pas le  Dialogue, mais qui est Sœur de l’Ordre et de l’Efficacité, qui nous donnera  les  moyens  d’utiliser à  plein, nos  ressources  et  d’en  assurer  la  meilleure répartition. » 

Mais au  paravent,  anticipant  sur  les  efforts à  fournir  dans le cadre  de l’indépendance  économique, précisait-il à Paris, dans une conférence de presse, le 09 Juin 1959, et je cite :

  « Ce n’est pas le cadre de l’indépendance qui importe, c’est son contenu économique, son contenu social, son contenu Humain.» fin de citation.

Et, de manière prémonitoire,  devait-il ajouter quelques Années plus tard, à la fête Nationale du 07 Décembre 1979 à Katiola :

 « Le vrai Bonheur, on ne l’apprécie que lorsqu’on l’a perdu. Faisons en sorte que nous n’ayons jamais à le  perdre, mais au  contraire, à l’accroitre, sans cesse par le TRAVAIL, dans  la DISCIPLINE, dans la Solidarité et la FRATERNITE dans la PAIX ».   

Voilà le message qui a toujours accompagné l’action Politique du Père-fondateur de  la  République de Côte d’Ivoire et de la Nation Ivoirienne,  sans omettre la recherche obstinée de paix entre les Hommes.

Il est très important d’observer à ce niveau, la toile de fond sous-tendue par la tryptique de notre Devise,  qu’il a par ailleurs choisie ; et qui résume sa vision :     

                                « UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL »                                                         

Plus de Cinquante Ans plus tard, que nous reste-t-il de ce legs ?        

Henri Konan BEDIE, son héritier politique, parmi d’autres disciples, voire Apôtres, devait ajouter lors de son discours, prononcé le 06 Octobre 1982, à l’occasion de la séance solennelle d’ouverture de la 2eme session ordinaire de  l’Assemblée  Nationale  sur  son  engagement  à  nous  inviter à  ne  compter que sur nous-mêmes, et je cite :     

« Quelle signification faut-il attacher à cette expression qui nous rappelle si bien  l’idéal hellénique  d’autonomie  d’Indépendance, voire  d’autarcie  citoyenne ?                                                                                                                        A mon  avis, elle  signifie  que  de  manière  autonome et  responsable, nous mobilisons toutes les ressources en nous et en notre Pays, pour résoudre nos problèmes du jour et préparer notre avenir. Car notre avenir, notre destin, ne dépendent que de nous-mêmes, de notre intelligence, de nos capacités et de nos activités.               

Ce combat est une manifestation de notre volonté d’agir       pour le progrès pour tous et le bonheur partagé pour conjurer les périls. »

Déjà en 1982, voilà l’interprétation du Président de l’Assemblée Nationale, nouvellement  élu, futur  Président de la République  et garant incontestable de l’Houphouëtisme au sein du PDCI-RDA.

Pour  lui,  en  symbiose  avec  Félix Houphouët-Boigny, il  s’agit de mener le combat  pour  le  bonheur  et  la  prospérité partagés en comptant sur nous-mêmes………et nos valeurs.

La trajectoire dans notre Pays a-t-elle respecté ces valeurs….? point n’est sûr,  au constat fait depuis le décès du Père Fondateur, sans qu’il soit besoin de refaire l’état des lieux et décliner des perspectives, nous pouvons parler de guerre des héritiers, guerre des Ivoiriens, guerres de conquête ;  toutefois,      la flamme de l’Houphouëtisme a toujours demeuré au sein du PDCI-RDA, malgré   les  rupturesles  contraintes, les  désapparentements,  les  mésalliances  ou  autres  turpitudes  politiciennes…

Dans  son  livre  paru  en  2005,  aux  éditions « Juris-Edition », sous le titre de « Disciple d’Houphouët-Boigny », le Ministre d’Etat, Maître Camille Alliali, l’exemple achevé de fidélité à Houphouët-Boigny, écrivant les « Evangiles » au chapitre 13 dans ce livre évocateur : « Marcher dans ses sillons »,   affirme : «Que reste-t-il de Félix Houphouët-Boigny et qu’en sera-t-il de son œuvre ?

En effet, dans ce vaste champ de culture qu’était pour lui la Côte d’Ivoire, dont les terres fertiles devaient servir à nourrir tous ses Enfants et tous ceux que les hasards de la vie ont conduit sur notre sol, mes pas se sont perdus sur une ligne de démarcation qui, comme une  cicatrice hideuse, défigurait le Pays qu’il nous a légué et au-delà de laquelle s’étendaient des champs de ruine.

Et je me suis demandé comment retrouver et faire usage des ingrédients dont s’en servit pour confectionner la potion qu’il nous a fait consommer et qui nous a si longtemps fait vivre et rêver ensemble ?

Cette potion, qui n’avait rien de magique, associant au respect des valeurs familiales, villageoises  et  traditionnelles, le culte de l’amitié, le courage     dans  l’actionl’affirmation  de  la  foi  et  la  défense  de  la  Paix  par  le DIALOGUE. » 

Ce sont tout cela, les différentes facettes de l’Houphouëtisme, par les legs de l’héritage qui reste multidimensionnel selon l’approche de chacun, sa tradition, sa démarche personnelle et  intellectuelle ou  partisane, le regard  jeté  sur  l’œuvre  de  Félix  Houphouët-Boigny, l’appréciation objective de l’après Houphouët.

C’est  sur cette rubrique  que  se  dessine  pour  moi, la  différence entre les  Houphouésiens  et les Houphouëtistes. Ces derniers, s’appuyant dans certains cas,  sur une Doctrine ou une Idéologie mal assimilée, travestissent la pensée sociale de Félix Houphouët-Boigny. Cette  pensée  se  caractérisepour  les Houphouésiens,  dans  le  pragmatisme  de  l’action  au  sein  du PDCI-RDA d’abord,  et  ensuite, sur la base des  valeurs  partagées  avec les autres et évoquées plus haut.

De ce point de vue, je réaffirmerais en chœur avec lui :        

      « La Paix, ce n’est pas un vain mot, mais tout un comportement… »    

Indéniablement, l’héritage de Félix Houphouët-Boigny est un Enrichissement pour le PDCI-RDA et pour toute la Nation. Ses œuvres témoignent encore au regard de tous.  Sa mémoire est cultivée comme un culte pour ceux de ma Génération  et  source  d’espoir  pour  nos  Enfants  qui  savent  qu’il  en fut     UN SEUL, dans ce Pays…                                          

Je n’en dirais pas plus sur l’héritage multidimensionnel de l’Houphouëtisme incarné par les HOUPHOUESIENS, mais seulement, nous inviter à appliquer la théorie biblique du Semeur :

« Semer le bon grain de l’héritage de Félix Houphouët-Boigny dans la terre fertile du PDCI-RDA ».                                       

Comme  le  laboureur et  ses Enfants, dans  la fable  célèbre,  j’invite  chacun de  vous à chercher le trésor caché, en creusant, bêchant, ne laissant nulle place où la main ne passe et repasse……..     Alors, au bout, vous trouverez le trésor caché, source d’enrichissement. 

Le PDCI-RDA, Parti du Rassemblement des Ivoiriens, dans les enjeux de la reconstruction  Nationale, augure  d’un  bel  avenir  pour  notre  Pays ; car l’Houphouëtisme demeure la boussole pour la réunification et la fortification de la NATION IVOIRIENNE.


« OUI, maintenant, proclamons à l’unisson avec le Père de la « Nation » que l’Houphouëtisme reste et demeure : le Réalisme Politique dans l’Unité, la Justice, la Stabilité, la Solidarité, l’Amour et  le  Travail  sérieux  qui  nous conduira à l’Indépendance Economique dans cette seconde phase de notre lutte ». 


Aussi, devrions-nous méditer sur cette déclaration, à tout le moins prophétique, faite par Félix Houphouët-Boigny au stade Géo André, ce 07 Septembre 1958 : 

« LA CITE DE NOS RÊVES »

«  Je vous ai parlé de cette belle allée parsemée de fleurs, bordée d’autres, où les  oiseaux  aux  coloris  multiples  égayaient  de  leurs  chants, notre marche triomphale, et  je  disais  que  cette  allée  menait  à  la  Cité  de  nos  Rêves ! Mais,  j’avais oublié  d’ajouter que cette belle Cité se trouvait  sur  la  Coline, elle  n’est  pas  la  Plaine, la  Pente  est  rude, il  faut  qu’ensemble,  nous puissions la monter ». Fin de citation.

OUI, maintenant, proclamons à l’unisson avec le Père de la « Nation » que l’Houphouëtisme reste et demeure : le Réalisme Politique dans l’Unité, la Justice, la Stabilité, la Solidarité, l’Amour et  le  Travail  sérieux  qui  nous conduira à l’Indépendance Economique dans cette seconde phase de notre lutte. 

Le PDCI-RDA, pour  ma  part, veut  épargner  aux Citoyennes  et Citoyens Ivoiriens, des larmes et du SANG, pour leur demander par contre, dans la PAIX, beaucoup de Sueur au Travail !       

Y a-t-il meilleure conclusion, chers Frères et Sœurs, Militants et Sympathisants du PDCI-RDA, au terme de cet entretien, que d’emprunter à Houphouët-Boigny, toujours vivant dans nos cœurs, cette citation de Saint Jean qui constituait sa véritable passion, qu’il se plaisait, en Homme de foi, à nous faire partager, chaque fois qu’apparaissaient les embuches propres a la gestion des Hommes :  

                                        « DIEU EST AMOUR »                                                                                                        et me permettre en sa mémoire, et au regard des circonstances, d’y ajouter,    en paraphrasant notre  Seigneur Jésus Christ, dans l’évangile  de l’APÔTRE  Saint Jean, en guise de métaphore :

« COMME JE VOUS AI AIMES, VOUS AUSSI, AIMEZ-VOUS, LES UNS, LES AUTRES. A CECI, TOUS RECONNAITRONT QUE VOUS ETES MES DISCIPLES ».

 Vaillants Militants et Sympathisants du PDCI-RDA, CHERS HOUPHOUESIENS !

C’est cet Amour, cette Solidarité, cette fraternité qui ont fondé le dynamisme conquérant de nos devanciers, les Pionniers du Parti, notre famille politique.                                                                                                                                                                        A leur suite, soyons unis, afin de propager l’Houphouëtisme vrai et noble, comme l’unique boussole de cette Famille Politique, le PDCI-RDA, à savoir :

« L’amour, la Fraternité, la Sincérité, la Tolérance, la Paix, le rejet  absolu du Tribalisme par une Intégration Nationale sous-tendue par la Géopolitique, le respect de la valeur humaine, la non violence,  le Dialogue, l’Arme des plus forts, l’opposition de  l’Amour et  la  Paix à la  Guerre ;  et,  enfin,  un  rigoureux  ancrage à la discipline qui  féconde un travail positif, afin de parvenir à la concrétisation, pour la Côte d’Ivoire, de cette métaphore de la Citée des Rêves, exprimée par Houphouët-Boigny, ce 07 Septembre 1958, au Stade Géo André.  » 

Il nous revient donc de matérialiser la conceptualisation de l’Houphouëtisme, afin de sortir de certaines positions erronées.                                  

En effet, ne le disait-il pas, en introduction à sa mémorable conférence de presse, ce 14 Octobre 1985, au Palais des Congrès de l’Hôtel Ivoire ? Et je cite :

«Il faut permettre à la Jeunesse Ivoirienne de connaître notre Histoire.  L’histoire est un témoignage. J’ai lu beaucoup d’articles écrits sur moi-même, sur notre Parti, sur l’évolution de la Côte d’Ivoire, sur les Hommes Ivoiriens. Beaucoup, de bonne foi, ne savent pas qu’ils ont énoncé de contre-vérités.         

 Il est temps, qu’on rétablisse la vérité … ». Fin de citation.

Cadres et Intellectuels du PDCI-RDA, ne sommes-nous pas interpellés ?                         

D’abord par Houphouët-Boigny, et ensuite par les avalanches d’affirmations, par trop erronées, qui fleurissent ces temps -ci ?                                                                        Car Houphouët, c’est avant  tout, et surtout, la recherche obstinée de paix et le refus, dans toute l’acception  du terme, de la violence et de la Guerre. 

 Homme de foi, il fut le bâtisseur, non seulement d’une Basilique de renommée mondiale, mais  également,  d’Eglises  et  de Mosquées,  dont  les  fidèles tirent aujourd’hui, une  légitime fierté.                                                                                                                      En encourageant l’ouverture aux Autres, Houphouët-Boigny rêvait de faire de la  Côte d’Ivoire, son Pays, dont il avait une ambition sans limite, un havre de Paix !                 

Le  moment  est  donc  venu, grâce  à  l’initiative  salutaire du Comité des Sages, qu’un  support  écrit  fasse  apparaitre  les  contours  vrais  de l’Houphouëtisme, débarrassé de tout marchandage politique de circonstance !                                                         

 Un Houphouëtisme, véritable patrimoine national à pérenniser !!  

A la vue de tous ces Intellectuels de haut vol, dont regorge le PDCI-RDA, résultante d’une politique hardie de formation, rigoureusement planifiée,  la tâche, me semble-t-il, est  fort  aisée !                                                                                                         

Alors, à vos Plumes!  Partez, pour la conceptualisation de l’Houphouëtisme :             le vrai !

                                               JE VOUS REMERCIE !

 Le Ministre d’Etat

Emile-Constant BOMBET                                                                                

Vice-Président du PDCI-RDA.

CE MERCREDI, 19 JUIN 2019.                                                                              

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

EXCLUSIVITE ‘’MERCREDI DU PDCI’’: Emile Constant Bombet parle de Félix Houphouet Boigny et de l’Houphouetisme dans une Côte-d’Ivoire en crise.

par Civnews. net temps de lecture: 27 min
0