OPPOSITION OUATTARA-SORO : Amadou Soumahoro Président de l’APF.. et de Trois pour Ouattara, mais Guillaume Soro a-t-il dit son dernier mot.


En combien de rounds le combat qui oppose le régime RDR d’Alassane Ouattara, devenu RHDP, au comité politique de Guillaume Soro devra-t-il durer ? Jusqu’à quand l’une des parties s’avouera-t-elle vaincue pour abandonner et saluer la victoire de l’autre ?  Pour l’heure, le régime d’Alassane Ouattara a pris une longueur d’avance. En effet, après successivement le ‘’Tabouret’’ arraché le 8 février 2019 ; la mise en difficulté de Guillaume Soro à la 44ème session de l’APF en mai 2019 au Maroc, Ouattara vient de faire élire Amadou Soumahoro président de l’APF à Abidjan.


Du coup, dans ce combat qui oppose les frères ennemis du RDR et des Forces Nouvelles (MPIGO, MPCI et MJP) qui hier conjuguaient harmonieusement les mêmes éléments de langage pour justifier autant la rébellion de 2002 à 2010 que pour conquérir le pouvoir d’état acquis la baïonnette aux pieds en 2010, le camp Ouattara mène par trois round à Un. Guillaume Soro ayant réussi brillamment à faire douter le régime Ouattara et ses alliées dans leur base traditionnelle, le septentrion ivoirien. En effet, avec l’affaire du kilogramme d’anacarde à payer à 375 f CFA aux producteurs qui n’a jamais été respectée, la réhabilitation des pompes villageoises, son périple de plus d’un mois avec les siens etc. Guillaume Kigbafori Soro, ce fils de  Kofiplé,  dans la sous-préfecture de Diawala, a réussi à troubler et à désormais faire douter cette base électorale qui ne chante plus en chœur les louanges du régime RHDP. S’offrant ainsi une victoire d’étape plus qu’importante.   

Quel vont être le thème, les acteurs et les circonstances du quatrième round puisque à l’évidence Guillaume Soro n’a pas encore dit son dernier mot. En témoigne, entre autres, la plainte sur le fond dans le dossier de l’APF.  

En attendant, Guillaume Soro qui a porté plainte auprès du juge des référés a été débouté par le tribunal Parisien de France. Sur cette base, entre autres, la section Africaine de l’Association parlementaire francophone réuni sous la présidence du président de l’Assemblée nationale du Sénégal, Moustapha Niasse, a fait de Amadou  Soumahoro, le vice-président de l’APF en lieu et place de Guillaume Soro. C’est fort de ce qui précèdent qu’à l’entame de la 45ème session parlementaire de l’APF, le président de l’assemblée nationale Ivoirienne, Amadou Soumahoro, auréolé de son nouveau statut de vice-président de l’APF, a été appelé à siéger à la table de séance. Et ce, non comme président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, hôte de cette 45ème session, mais comme le vice -Présidence de l’APF avec tout ce que cela lui confère.  Se mettant ainsi en pole position pour s’adjuger, le temps de cette session, la présidence de l’APF. Vu qu’il a été fait candidat unique de la Côte d’Ivoire à la candidature de la présidence de l’APF.


A LIRE AUSSI: //COTE D’IVOIRE : La guéguerre des frères du RDR et des Forces Nouvelles d’Hier s’accentue.


Que va faire Guillaume Soro ? Rien pour l’heure, sinon constater l’élection de Amadou Soumahoro à la présidence de l’APF, quoique l’élection à la Présidence de l’APF semblait être une bataille de raison pour l’ex PAN. Vu qu’avec ce poste prestigieux de président de l’APF, toutes les portes seraient restées ouvertes pour Soro autant pour ‘’peaufiner’’ sa candidature que pour lever des fonds necessaires. Au surplus, ce poste lui aurait offert un ‘’parapluie atomique’’ plus consistant que l’immunité parlementaire que lui confère son titre de député de Ferkessédougou. Lequel, dans les circonstances actuelles, pourra être ‘’déchirer’’ à tout moment pourvu que le pouvoir RHDP le veuille. Aussi quoiqu’infime, ses avocats et lui fondent un espoir dans la plainte sur le fond dans ce dossier.


Pour sûr, Guillaume Soro n’a pas encore dit son dernier mot. Il a certes perdu la bataille de l’APF. Mais qu’en est-il du combat pour le ‘’fauteuil’’ qu’il s’est donné comme objectif ?


En fin syndicaliste doublé d’une armure de quelqu’un qui, pendant près de dix ans a tenu le chaudron de Bouaké et toute la zone CNO sous sa ferrure, a échappé au guet-apens de la RTI, est sorti sans égratignure d’un attentat contre avion à Bouaké, a été premier ministre sous Laurent Gbagbo et chef militaire pendant la crise post-électorale (octobre 2010 à avril 2011), qui mieux que lui sait que la fin peut être proche ? Qui mieux que lui connait ce qu’il a comme capacité de résilience ?  Au-delà, qui mieux que lui, et après avoir partagé des moments d’intenses intimités avec ses adversaires d’aujourd’hui, sait jusqu’où ceux-ci peuvent aller avec lui ?

Pour sûr, Guillaume Soro n’a pas encore dit son dernier mot. Il a certes perdu la bataille de l’APF. Mais qu’en est-il du combat pour le ‘’fauteuil’’ qu’il s’est donné comme objectif ?


A LIRE AUSSI://45EME SESSION DE L’APF : Guillaume Soro demande à ses avocats d’ester sur le fond pour exiger l’application des textes et usages.


C’est peut-être parce qu’il en sait suffisamment qu’il n’a pas daigner faire le déplacement d’Abidjan, lui qui est à l’extérieur de la Côte d’Ivoire depuis quelques semaines.  C’est un secret de polichinelle, Guillaume Soro, en prenant la décision de rester à des milliers de kilomètres des lieux où se tient la 45ème session parlementaire de l’APF, savait que la messe était dite. Doit-on déduire que par cet éloignement du champ de combat, le soldat Guillaume Soro a décidé de s’oxygéner, de prendre de nouvelles forces, de regarder à partir des cimes les pas de danses de l’adversaire, ses forces et ses soutiens avant de remettre l’ouvrage.  

A contrario, peut-on déduire que c’est le dernier mot de Guillaume ? Celui qui a rendu sa démission de son poste de président de l’assemblée nationale de Côte d’Ivoire, le 8 février 2019, pour dit-il ‘’ éviter de conduire à une crise institutionnelle’’ acceptera-t-il d’avaler toutes ces couleuvres sans réaction ?  Son tempérament de guerrier dans l’âme exclu cette option. Cependant que peut faire un Guillaume Soro qui prend l’eau de toute part, et dont la capacité de résilience est mise à rudes épreuves comme jamais ?

Au fait, Guillaume Soro peut-il encore se battre ? A-t-il encore la force et la capacité de se surpasser là où nombre de partenaires et collaborateurs lui tournent le dos sous la pression du RHDP ?  Comme c’est le cas avec tous les autres partis aussi sous la pression du RHDP ?

Que mijote Guillaume Soro ?  Lui qui a déclaré avoir laissé le ‘’Tabouret’’ pour aller chercher le ‘’Fauteuil’’.  Quelle va être la prochaine bataille ? Sera-t-elle pour la réhabilitation ou pour la fin des espoirs nourris qui le contraindront à retourner à la maison ? Ou va-t-il puiser en lui la dernière énergie nécessaire pour aller chercher ce ‘’fauteuil ‘’ qu’il convoite  tant?


Aristide YAHAUT

Civnews225redaction@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

OPPOSITION OUATTARA-SORO : Amadou Soumahoro Président de l’APF.. et de Trois pour Ouattara, mais Guillaume Soro a-t-il dit son dernier mot.

par Civnews. net temps de lecture: 5 min
0