L’OPPOSITION A OUATTARA : «La CEI que vous proposez ne garantit pas une égalité ni de droit, ni de chance, ni de sécurité aux candidats de l’opposition : Trop, c’est trop ».


En prenant la décision d’arrêter les discussions relatives à la commission électorale indépendante (CEI) et en adoptant un projet de loi portant recomposition de la CEI en dépit de l’arrêt de la Cour africaine des droits de l’Homme, le gouvernement du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, a mis, semble-t-il, la charrue avant les bœufs. Quand cette décision intervient au moment où la loi portant établissement de la carte d’identité nationale est votée par les députés RHDP qui, au passage, rendent cette CNI payante, tout naturellement tout cela apparaît comme du pain béni que le Gouvernement RHDP offre à l’opposition. En découle le premier meeting de l’opposition qui a eu lieu ce samedi 6 juillet à Cocody Riviera Anono. Et pour ce premier test baptisé meeting d’échauffement par les groupes parlementaires PDCI-RDA, Rassemblement, Vox Populi et leurs partenaires au sein des 24 partis d’opposition, ce fut une réussite tant au niveau de la mobilisation que de l’organisation.


Ils pouvaient alors dire « NON à la CNI payante », « NON à une CEI déséquilibrée » où le régime RHDP est en puissance de par sa représentation et exprimer leur ras-le-bol pour la mascarade orchestrée à la 45 session de l’APF. Aussi les groupes parlementaires PDCI-RDA, Rassemblement, Vox Populi et leurs partenaires au sein des 24 partis d’opposition, en harmonie parfaite avec le PDCI-RDA de Henri Konan Bédié, ont-ils scandé : « Trop c’est trop ».  Non sans demander au peuple ivoirien de prendre ses responsabilités. Et l’artiste pouvait dire et faire reprendre aux manifestants rassemblés au stage de Anono : « Ici c’est la Côte d’Ivoire », pays où la paix a été érigée en religion par le Premier président de la Côte d’Ivoire indépendante, Félix Houphouet Boigny.  


A LIRE AUSSI://CNI ET GRATUITE: Le RHDP refuse la gratuité pour garder le pouvoir…hier,le RDR et forces nouvelles l’exigeaient pour conquérir le pouvoir.


Malheureusement aujourd’hui « nous assistons à des arrestations arbitraires qui sont opérées par des forces parallèles et encagoulées », a dénoncé Bamba Moriféré. Ajoutant que ce meeting se tient à « un moment très grave de l’histoire de notre pays. Nous devons nous mobiliser, les parlementaires nous ont tendu la main, ce qui doit compter pour nous c’est la nation ivoirienne. Aujourd’hui je viens ici sonner la mobilisation générale pour nous permettre de dire non seulement dire non à ce régime et dire non à Alassane Ouattara ».

Tout en faisant l’historique des commissions électorales, Marius Konan, député du PDCI-RDA, a mis en exergue les troubles et les morts qu’elles ont orchestrées. Qu’elles s’appellent CNE avec Honoré Guié comme président ou CEI avec Youssouf Bakayoko. D’où la volonté de l’opposition pour la Côte d’Ivoire de se doter d’une CEI indépendante qui ne va pas endeuiller le pays à nouveau. Aussi Marius Konan a-t-il dit « NON » au président Alassane Ouattara : « NON monsieur le président vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez (..) la CEI que vous voulez ne garantit pas les droits des citoyens de l’opposition. Or vous avez l’obligation de par la constitution du 8 novembre 2016, de garantir à l’opposition ses droits. NON, vous ne pouvez pas imposer à l’opposition une CEI non consensuelle qui déjà fait peur. Asseyons-nous et discutons. NON, monsieur le président, il faut aux ivoiriens une réforme totale de la CEI et non une recomposition. Vous avez perdu le droit de nommer des gens pour vous représenter au sein de de la CEI parce que vous êtes chef de Parti politique, Président du RHDP. Les ivoiriens souhaitent et l’opposition recommande que la CEI soit impartiale, neutre et indépendante financièrement avec un président, des vice-présidents et un secrétaire général par appel à candidature », a expliqué Marius Konan.


A LIRE AUSSI: //ASSOA ADOU (SG FPI) : « La nouvelle CEI est très déséquilibrée et donc inacceptable ».


Non sans ajouter en guise de conclusion : « La république doit au citoyen une égalité de chance et de Droit. La CEI que vous proposez ne garantit pas une égalité ni de droit, ni de chance, ni de sécurité aux différents candidats aux prochaines élections générales ». Les  élections  municipales dernières au Plateau, à Port-Bouet, à Grand Bassam en témoignent

« Nous voulons que notre peuple se reconnaisse en ceux qui aspirent à les diriger et que les droits élémentaires de nos concitoyens soient respectés. Nous continuerons de lancer l’alerte. Notre système politique tout entier est sur la voie de la perdition. La séparation et l’équilibre des pouvoir sont régulièrement foulés au pied. Il est venu le temps de la mobilisation pour montrer à ces amnésiques que le peuple de Côte d’Ivoire va leur démontrer qu’il est capable lui aussi de passer en mode ‘’fixage’’, ‘’bouclage’’ et ‘’gérage’’ », a martelé Yasmina Ouégnin, le député de Cocody.

Dans la mouvance, la coalition des indignés de Côte d’Ivoire par la voix de Daleba Nahounou a indiqué que le 23 juillet, son mouvement organise un sit-in devant la CEI.


Aristide YAHAULT

civnews225redaction@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’OPPOSITION A OUATTARA : «La CEI que vous proposez ne garantit pas une égalité ni de droit, ni de chance, ni de sécurité aux candidats de l’opposition : Trop, c’est trop ».

par Civnews. net temps de lecture: 4 min
0