COTE D’IVOIRE/ JUSTICE : Les enseignants de la COSEFCI intentent un procès contre la primature, la solde et les institutions bancaires.


Les syndicalistes de la COSEFCI ont assigné en justice la Primature, la solde et les institutions bancaires devant le tribunal de première instance d’Abidjan plateau. Ils ont aussi porté plainte contre X devant le tribunal de Bouaké pour voie de fait et destruction de biens.


« Toutes ces institutions ont été assignées en justice par notre conseil à comparaitre le 31 juillet 2019. L’audience a été renvoyée au 6 octobre prochain » a souligné le porte-parole de la COSEFCI Pacôme ATTABY.

C’est le lieu d’indiquer que ces actions en justice sont motivées par les nombreux actes de répression forcenée contre les enseignants pendant les différentes grèves au cours de l’année scolaire 2018-2019. Lesquelles grèves leur ont couté le blocage de leurs comptes chèques et épargnes.

Pour les enseignants membres de la COSEFCI, cette répression est la preuve du « manque de volonté du gouvernement à apporter des solutions aux revendications pertinentes des enseignants et l’absence de l’état de droit dans le pays ».


A LIRE AUSSI://MGE-CI/GNAGNA ZADI : “Nous allons nous battre y compris la saisine de la justice et l’UEMOA sur la base du règlement 7 qui supranational”.


Tout ne renonçant pas à leurs revendications, les syndicalistes ont appelé le gouvernement à les solutionner. Non sans menacer de se remettre le couvert des grèves à la prochaine rentrée.  

Par ailleurs, les syndicalistes ont dressé une liste des chefs d’accusations au nombre desquels le blocage des comptes chèques et épargnes des enseignants en février qui a occasionné le décès de 3 de leurs camarades dans les localités de Divo, Guitry et Daloa. Selon Pacôme ATTABY « ils sont décédés parce qu’ils n’avaient pas accès à leurs comptes pour bénéficier de soins adéquats. »

Au demeurant la COSEFCI estime que ses revendications ne peuvent pas passer par perte et profit au regard de ce qu’elle a enduré et surtout parce qu’elles sont légitimes. Aussi la COSEFCI exige la reprise du dialogue et la poursuite des négociations devant aboutir à la résolution de leurs revendications au risque d’une année blanche.


 Roxane Amora

Civnews225redaction@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COTE D’IVOIRE/ JUSTICE : Les enseignants de la COSEFCI intentent un procès contre la primature, la solde et les institutions bancaires.

par Civnews. net temps de lecture: 2 min
0