CÔTE D’IVOIRE/AMANI N’GUESSAN :« la présence du président Gbagbo à Bruxelles ne relève pas du droit, c’est simplement de la politique »


L’ex- ministre de l’éducation nationale sous le Président Laurent Gbagbo, Michel Amani N’GUESSAN, a affirmé lundi à Abidjan que « La présence du président Laurent Gbagbo à Bruxelles ne relève pas du droit. C’est simplement de la politique », au cours d’une interview accordée au journal quotidien « Le temps ».


« Depuis le début de cette affaire, nous avons dit et nous confirmons encore aujourd’hui que la présence du président Laurent GBAGBO à Bruxelles ne relève pas du droit. C’est simplement de la politique », a persisté l’ex-ministre de la défense du gouvernement Soro Guillaume.

Selon M. N’GUESSAN, « c’est de la politique parce qu’il n’y a aucun fondement juridique(…), il (GBAGBO) devait rentrer en Côte d’Ivoire. Le reste relève de la sorcellerie politique ».

Parlant de réconciliation, Amani N’GUESSAN soutient que « toute réconciliation sans le président Laurent GBAGBO est reniement d’une politique et de tous les défenseurs de cette politique ».


A LIRE AUSSI // CÔTE D’IVOIRE /REFORME DE LA CEI : Affi N’Guessan annonce un accord consensuel avec le gouvernement, au nom de l’opposition


Il s’est dit être « heureux » de la rencontre GBAGBO-BEDIE à Bruxelles, car pour ce dernier, « l’heure a sonné pour tous les ivoiriens de se rassembler comme un seul homme pour sauver la Côte d’Ivoire en danger ».

L’ex-député s’est également prononcé sur la réconciliation des branches du Front populaire ivoirien.

« Quelle que soit la posture que je prends, le mobile est d’abord et avant tout d’œuvrer pour la réconciliation au FPI. C’est uni que le FPI peut jouer véritablement un rôle politique en Côte d’Ivoire, en Afrique et dans le monde », a-t-il estimé avant de souligner que « les faits démontrent qu’aucune tendance du FPI ne peut rassembler tout le parti. (Mais), seul le président Laurent GBAGBO, fondateur et leader accepté par tous peut réussir cet exercice (de réconciliation des deux FPI) ».

Se prononçant sur l’élection présidentielle de 2020, Amani N’Guessan soutient que « les signaux indiquent que la situation n’est pas pacifiée (…)  parce que, la sécurité n’est pas au rendez-vous, la réforme de la Commission électorale indépendante, les politiques sont entrés dans une zone de turbulence d’une rare violence … ».

Il a conclu en demandant à tous de développer la volonté d’avancer vers un horizon meilleur en tirant des leçons des expériences malheureuses de la vie en communauté.


Céline ADJE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CÔTE D’IVOIRE/AMANI N’GUESSAN :« la présence du président Gbagbo à Bruxelles ne relève pas du droit, c’est simplement de la politique »

par Civnews. net temps de lecture: 2 min
0