CÔTE D’IVOIRE/ EAUX ET FORETS : 120 000 f CFA de frais de visite médicale dans un pays où le taux de chômage est de 70% avec un SMIG de 60 000 f


120 000 FCFA, c’est la somme que devra débourser chaque candidat à la comptabilité de la clinique Farah de Marcory, afin de prendre part à ‘’la visite médicale approfondie’’ du concours d’entrée à la Brigade spéciale de surveillance et d’intervention (BSSI). Annonce faite par le ministère des Eaux et Forêts dans la nuit du mardi 03 septembre 2019 sur son site officiel.


« Sont convoqués à la visite médicale du 09 au 19 septembre 2019, à la clinique Farah, à Marcory, selon le programme ci-après, les candidats dont les noms sont inscrits sur les listes suivantes. Le jour de leur visite, les candidats devront se présenter à la clinique Farah dès 06 h 00 du matin. Ils seront pris en charge par les éléments de la BSSI présents sur le lieu. Les candidats doivent se munir de leur pièce d’identité et être à jeun (sans manger) pour la visite ! Le coût de la visite médicale est de 120 000 FCFA par candidat, à payer le jour de la visite, exclusivement à la comptabilité de la clinique Farah », annonce le ministère.

Scandaleux ! Pourquoi demander à des candidats à un concours étatique de débourser une telle somme rien que pour une simple visite médicale ? Certains pour justifier cet acte n’hésitent pas à brandir le choix de la clinique Farah comme excuse. Une clinique privée pour un concours public !
 Le ministère était-il obligé de choisir cette officine pour la visite médicale des candidats ? Surtout quand cette clinique est réputée pour ses coûts hors du commun. Pourquoi ce monopole à cette seule clinique qui va empocher en moins d’un mois plus de 200 millions avec un minimum de 2000 candidats?


A LIRE AUSSI // CÔTE D’IVOIRE/40% DE TAUX DE CORRUPTION: la Haute Autorité de la Bonne Gouvernance confirme le niveau de la gangrène et enfonce le gouvernement


Le voisinage de la résidence ministérielle d’avec la clinique en est-il pour quelque chose ? Que veut le ministre Alain Donwahi des Eaux et Forêt?  Vit-il sur une autre planète pour ne pas savoir que le SMIG en Côte d’Ivoire est de 60 000 f CFA et que le taux de chômage selon la Banque africaine de développement est 70%. Où veut-il que les jeunes ivoiriens à qu’il s’adresse aillent chercher 120 000 f CFA pour les frais de la visite médicale ?  Qu’en est-il alors des frais de dossier, généralement plus cher que la visite médicale ?

Encourager de telles pratiques à ce niveau de l’Etat signifie purement et simplement que les autorités ivoiriennes ignorent la réalité quotidienne de la vie du peuple de Côte d’Ivoire.  L’agent qui s’endetterait pour triompher de ce concours n’aura qu’une seule volonté : se rembourser, donc racketter.  

Pourquoi alors s’étonner après que ces agents rançonnent les usagers ? Vu que lui-même a été rançonné par l’Etat, à travers le ministère des Eaux et Forêts.  Quelle lutte contre le racket et la corruption peut initier la Haute Autorité de la Bonne Gouvernance devant qui ce désordre est orchestré ?

Pour sûr, rien n’étonnera plus personne et la population ivoirienne peut dire, preuve à l’appui, que la corruption a atteint un seuil intolérable de 40% au sein des institutions étatiques de Côte d’Ivoire.

Par ailleurs, l’ex-ministre Alain Lobognon, député de l’opposition, n’a pas manqué de qualifier cette décision d’escroquerie, car n’étant pas prévu par la loi. Pour lui, aucun frais ne devrait être soutiré aux candidats à un emploi d’Etat. « Exiger 120.000 FCFA pour une visite médicale dans le cadre d’un concours n’est prévu par aucune loi en Côte d’Ivoire. C’est donc une escroquerie.  La visite médicale pour laccès à un emploi dEtat doit être gratuite pour tout candidat, et entièrement à la charge de lEtat, qui doit se donner les moyens de recruter des agents en bonne santé. 120.000 FCFA, c’est illégal! », A-t-il dénoncé sur sa page officielle. Affirmant par la suite, que l’ancien ministre de la fonction publique, Gnamien Konan, avait jugé illégaux les frais exigés aux concours d’entrée à la fonction publique. Et sa décision fut respectée.
Quant au député Touré Alpha Yaya, membre du RHDP, il a demandé au ministre des Eaux et Forêts, Alain Richard Donwahi, de réduire au moins à 25.000 le coût de la visite médicale afin de permettre à tous les candidats de tenter leur chance.

En attendant un probable rétropédalage du ministre des Eaux et Forêts, il est clair que cette situation continuera de faire couler beaucoup d’encre.


JCA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CÔTE D’IVOIRE/ EAUX ET FORETS : 120 000 f CFA de frais de visite médicale dans un pays où le taux de chômage est de 70% avec un SMIG de 60 000 f

par Civnews. net temps de lecture: 3 min
0