CÔTE D’IVOIRE/IMPAYÉS DE L’ETAT : Les fondateurs d’écoles privés menacent de ne pas ouvrir leurs écoles aux affectés de l’Etat


Dans un communiqué rendu public, les associations de promoteurs des écoles privés de Côte d’Ivoire marquent leurs inquiétudes.  Et pour cause : elles sont confrontées au non-paiement de la part étatique des frais de scolarité des élèves et étudiants affectés par l’Etat au titre de l’année 2018-2019 dans leurs écoles. Des difficultés qui, si on y prend garde, pourraient mettre à mal la rentrée scolaire 2019-2020.


Ce communiqué de presse a pour objectif de « donner l’information vraie à la communauté éducative, d’interpeller une fois de plus les autorités compétentes » et de « prendre à témoin l’opinion public sur le préjudice qui est causé à nos établissements » afin que les uns et les autres parlent en connaissance de cause.

Au niveau financier, l’information que l’association des promoteurs entend partager a pour nom le « non-paiement des frais de scolarité à la charge de l’Etat et de la révision des conventions avec l’Etat ».

Le collectif déplore qu’“aucun centime n’a encore été donné pour les établissements scolaires conventionnés, que les décisions financières aient été délivrées tardivement aux écoles privés, soit le 04 juillet dernier par la tutelle, et que les mandats qui doivent servir au paiement ne sont pas encore parvenus au trésor ».

Au-delà, le collectif demande que les conventions de 1992 et de 1998, “vieille de plus de 25 ans“ soient révisées et mises au goût du jour du fait de la dévaluation du Francs CFA de 1994.


A LIRE AUSSI // CÔTE D’IVOIRE/ JOB 2019 : Albert Mabri Toikeusse lance la 4ème Edition des Journées de l’orientation du bachelier


Au niveau de l’administration du système, le collectif met à l’index le problème de lotissement de l’enseignement privé, le problème de la transparence et de l’équité des affectations en dépit des intérêts particuliers et des coupes sombres illégalement faites sur les frais d’écolage dus aux établissements conventionnés.

En somme, le collectif rappelle que l’Etat doit aux établissements privés des charges impayées datant de plusieurs mois ; non sans dénoncer le fait que la tutelle se désintéresse de ces problèmes qui empestent le milieu des établissements privés et qu’en lieu et place de solutions elle rajoute davantage des problèmes.

En conséquence de quoi l’association des promoteurs des écoles privées de Côte d’Ivoire menace de ne pouvoir ouvrir les portes de ses écoles aux élèves et étudiants affectés dans les établissements privés cette année, si l’Etat ne se prononce pas sur les sujets de ses inquiétudes.


Roxane-Amora

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CÔTE D’IVOIRE/IMPAYÉS DE L’ETAT : Les fondateurs d’écoles privés menacent de ne pas ouvrir leurs écoles aux affectés de l’Etat

par Civnews. net temps de lecture: 2 min
0