CÔTE D’IVOIRE / DEMANTELEMENT DES “GNAMBROS”: Au moins 300 personnes interpellées (préfet)


Au moins 300 personnes ont été interpellées jeudi dans la commune de Yopougon à l’Ouest de la capitale économique, lors de l’opération de démantèlement des présumés syndicats de transports urbains appelés “Gnambros”, a indiqué le préfet d’Abidjan, Vincent Toh BI, sur sa page Facebook.


L’opération de démantèlement des présumés syndicats « Gnambros » a débuté jeudi suite à des violences perpétrées à Abidjan, occasionnant des pertes en vie humaine et parfois de nombreux dégâts matériels.

Notons que, les précédents mois, ces violences ont été enregistrées dans certaines communes. Notamment, celle du grand carrefour de la commune Koumassi (Abidjan-Sud)  qui a fait un mort et plusieurs blessés.

Ensuite, Celle de la commune de Yopougon, Ouest d’Abidjan dont des  gendarmes ont été tués respectivement à Gesco et récemment à la Sicogi « Lavage ».

“A cette heure (12h05 GMT), exactement 290 personnes ont été interpellées”, a dit  Vincent Toh BI, expliquant que “les filtrages en cours permettront de déterminer qui parmi ces personnes  mènent des activités illicites ou criminelles car (déjà) des tickets illégaux, de la drogue et quelques armes ont été saisis”.

 En Mai 2015, lors d’un conseil des ministres et par un décret, le gouvernement a voulu mettre un terme à l’utilisation anarchique d’espaces publics abusivement qualifiés de gares routières et éradiquer définitivement le désordre, l’insalubrité et la violence qui accompagnent ce phénomène.

“Ce décret définissait précisément la notion de gare routière et en détermine les conditions de création et d’exploitation”, précisait une autre source proche du ministère des Transports à cette époque.

 La décision était claire : “tous les espaces dits gares routières existant qui présentent notamment un caractère dangereux pour la circulation et la sécurité publique seront fermés “.

“Combattre le phénomène “gnambros” durablement requiert l’implication de tous, à commencer par les gestionnaires des Communes”, a-t-il poursuivi.

Faute de quoi, “les opérations (…) démarrées aujourd’hui n’éradiqueront par ce phénomène, qui constitue un sujet d’inquiétude pour la sécurité publique et pour les populations d’Abidjan”, selon le préfet.


Hermann KOFFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CÔTE D’IVOIRE / DEMANTELEMENT DES “GNAMBROS”: Au moins 300 personnes interpellées (préfet)

par Civnews. net temps de lecture: 2 min
0