CÔTE D’IVOIRE/AFFAIRE MANGOUA : Le président du Conseil régional du Gbêkê écope de 5 ans de prison ferme, 5 millions d’amende et 5 ans de privation de droit


Ce jeudi 3 octobre matin, alors qu’elle protestait contre l’incarcération du président du conseil régional du Gbêkê, les populations de Bouaké, y compris des chefs traditionnels, ont dû faire face à la police. Des affrontements qui ont émaillé ces manifestations de colère, il faut déplorer de nombreux blessés. Pis et contre le président du Conseil régional du Gbêkê, Jacques Mangoua, le juge s’est aligné sur le procureur pour condamner Jacques Mangoua à 5 ans de prison ferme, 5 millions d’amende et 5 ans de privation de droit civique. Son conseil a deux semaines pour faire appel.


Depuis deux jours, outre les fermetures des axes d’accès de la ville de Bouaké à partir des localités de Diabo, Brobo, Botro, Béoumi et sakassou, dans les localités de Djebonoua et de Kondoukro, à 21 km de Bouaké, des personnes se réclamant du PDCI-RDA dénoncent l’arrestation « arbitraire » de Jacques Mangoua, président du conseil régional du Gbêké et proche d’Henri Konan Bédié.

Ce matin encore les abords du palais de justice de Bouaké étaient engorgés de personnes (Jeunes, femmes et chefs traditionnels) qui réclamaient la libération du fils du Gbêkê qui a refusé de déposer ses valises au RHDP.


A LIRE AUSSI // CÔTE D’IVOIRE : après avoir été floué par le RHDP, Pascal Affi N’guessan court se jeter dans les bras de Bédié


Une mobilisation qui a occasionné des affrontements. Et comme il fallait s’y attendre il y a eu des blessés.

 Proche d’Henri Konan Bédié,Président du PDCI-RDA, Jacques Mangoua, a été interpellé le vendredi 27 septembre 2019, après la découverte de 49 munitions de fusil calibre 12, quarante machette et  991 munition de guerre de 7,62 mm dans l’arrière-cour de son domicile, dans le village de N’Guessankro, non loin de Bouaké le samedi 21 septembre 2019.

Alors que c’est le concerné lui-même qui a saisi la gendarmerie pour lui signifier cette découverte, Braman Koné, le procureur de Bouaké, avait annoncé son maintien en détention et de son jugement en correctionnelle dès le lundi 30 septembre 2019. Pour lui, Jacques Mangoua n’avait pas pu apporter la preuve que les munitions découvertes à sa résidence, en son absence, ne lui appartiennent pas.  Comme pour dire que c’est à l’accusé de prouve son innocence.

Il n’en fallait pas plus pour conclure, au niveau du PDCI-RDA, que cette affaire est un complot contre Jacques Mangoua. «Libérez Jacques Mangoua, il est victime de vos complots politiques», a lancé un chef traditionnel présent à la marche sur le palais de justice.


Josué ABRAHAM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CÔTE D’IVOIRE/AFFAIRE MANGOUA : Le président du Conseil régional du Gbêkê écope de 5 ans de prison ferme, 5 millions d’amende et 5 ans de privation de droit

par Civnews. net temps de lecture: 2 min
0