CÔTE D’IVOIRE : Des chefs traditionnels dépêchés auprès du régime avant l’incarcération de Jacques Mangoua.


Le président régional de la chambre des rois et des chefs traditionnels de la région du Gbêkê, Nanan N’goran Koffi II, avait dépêché du 01 au 02 octobre dernier, une délégation de chefs traditionnelles à Abidjan, dans le but d’intervenir auprès du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, quant au présumé délit mis à la charge du président du conseil régional de la localité, Jacques Mangoua, accusé de détention “illégale de minutions de guerre et machette” à son domicile.


Arrivés à Abidjan, les chefs traditionnels ont été souhaités d’abord échanger avec les ministres issus de la localité. Notamment Amadou Koné, Jean Claude Kouassi et Sidi Touré.

Séparément reçu par les deux premiers ministres cités, les têtes couronnées ont livré l’objet de leur présence, à savoir l’implication du chef de l’Etat, Alassane Ouattara et de son premier ministre, Amadou Gon Coulibaly  dans le dossier de Jacques Mangua à l’effet de sa libération.

Selon des sources médiatiques, ces derniers n’ont eu aucune réponse favorable à leur démarche.

Alors, Jeudi 03 de retour d’Abidjan et  jour de comparution du prévenu, des manifestations pro-Mangoua ont eu lieu dans plusieurs localités de la région du Gbêkê dont Djebonoua avec un mort enregistré.


A LIRE AUSSI//CÔTE D’IVOIRE / GNAMIEN KONAN AU REGIME OUATTARA : “Les faiseurs de guerre sont connus”,”Arrêtez donc de menacer les Ivoiriens”


Dépêché d’urgence le samedi dernier à Bouaké (centre), le ministre Amadou Koné avait rassuré l’ensemble des chefs de sa disponibilité à faire en sorte que le dossier Jacques Mangua connaisse son “dénouement”, car selon lui, des situations “pires” que celle du président du conseil régional de Gbêkê “ont été déjà réglées”.

“Notre reine mère, la reine a parlé et nous avons compris.  Pour notre frère Jacques Mangua, il est bon que la procédure suive son cours et s’achève pour notre sécurité”, a-t-il fait remarqué lors d’un point de presse avant d’indiquer qu’”il multipliera des réunions tant avec les jeunes qu’avec l’ensemble des cadres du Gbêkê” pour régler définitivement ce problème.

” Notre région doit être calme à l’instar des autres régions, chefs, continuez de parler de paix et de cohésion sociale, partout, nuit et jour”, a exhorté l’ex – administrateur de la Côte d’Ivoire auprès de la Banque africaine de développement (BAD).

Il faut rappeler malheureusement que,  le vice-président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) au terme de sa comparution a été condamné à cinq ans de prison ferme et de privation de droits, assorti d’une amande de 5 millions de FCFA.


Hermann KOFFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CÔTE D’IVOIRE : Des chefs traditionnels dépêchés auprès du régime avant l’incarcération de Jacques Mangoua.

par Civnews. net temps de lecture: 2 min
0