CÔTE D’IVOIRE/ PROCES CONTRE GBAGBO : ”tout cela n’est rien d’autre qu’une Cabale politique pour écarter un adversaire gênant en 2020” Assoa Adou, SG FPI


Le secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI) tendance Laurent Gbagbo, Dr Assoa Adou, n’est passé par quatre chemins pour dire, au cours de sa conférence de presse du mercredi 30 Octobre, au domicile d’Aboudramane Sangaré, pour accuser le régime d’Abidjan et son chef, Alassane Ouattara, d’être à l’origine tous les contrecoups que subissent l’ex-président Laurent Gbagbo et son ministre d’alors, Charles Blé Goudé, depuis la décision d’Acquittement et de libération immédiate présenté en faveur de ces derniers le 15 janvier 2019. Une manœuvre qui pour lui, a pour seul but d’écarter son leader de la course à la présidentielle de 2020.


Pour Assoa Adou, principal relais de l’ancien président Laurent Gbagbo, depuis la prononciation de l’acquittement le 15 janvier 2019 par les juges de la chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI) en faveur de Gbagbo Laurent et de son ministre Charles Blé Goudé, l’on assiste à un acharnement et une immixtion sans précèdent du gouvernement ivoirien dans les affaires de ces deux leaders d’opinion.

Notamment, l’étonnante requête de la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, par l’acte d’appel de la décision d’acquittement qu’elle a déposé le 15 Octobre 2019 en soulevant un vice de forme, et de procédure de la décision d’acquittement. Dans lequel elle a demandé l’annulation de toute la procédure, et de lui remettre l’affaire afin d’en décider ce qu’elle en fera ; de la surprenante invitation de l’Etat ivoirien à travers un courrier adressé à la CPI le 25 Octobre 2019 dans lequel il demande de pouvoir apporter des observations afin de s’opposer à l’acquittement total de Laurent Gbagbo ; et la récente condamnation a vingt ans de prison pour Laurent Gbagbo pour le braquage de la BCEAO, sans compter l’ouverture d’un autre procès contre le ministre Charles Blé Goudé.

Autant de preuves pour Assoa Adou, qui démontre bien que toutes les actions citées, ont été tous téléguidées par le gouvernement ivoirien dans le seul but d’écarter l’adversaire gênant qui n’est rien d’autre que Laurent Gbagbo.


 « Le procès de président Laurent Gbagbo et du ministre Charles Blé Goudé n’est donc rien d’autre qu’une Cabale politique pour écarter un adversaire gênant. Avec cette intrusion de l’État ivoirien dans cette affaire nous pouvons affirmé sans être contredit que l’appel nocturne de dernière heure contre la libération immédiate donné par les juges suite à leurs décision d’acquittement, tout comme la demande scandaleuse du procureur qui demande l’annulation pure et simple de toute la procédure qui dure depuis 8ans,  la remise entre ses mains de l’affaire, la justice ivoirienne qui vient de condamner le président Laurent Gbagbo à vingt ans de prison pour dit-on, braquage de la BCEAO, la demande que l’État de Côte d’Ivoire a faite à la CPI, et l’ouverture à Abidjan, d’un autre procès contre le ministre Charles Blé Goudé et la condamnation bien-sûr de M. Mangoua, président du conseil régional du Gbêkê, Ont été tous téléguidés par le gouvernement ivoirien », a dénoncé Assoa Adou.

Qui dit ne pas comprendre Alassane Ouattara qui a dit de Gbagbo en ces termes : « C’est mon frère, je n’ai rien contre lui, ce n’est pas moi qui l’ait envoyé à la CPI. »

Pour lui, le RDR et son président Alassane Ouattara par ces agissements, viennent de faire tomber enfin le masque derrière lequel ils n’ont pas arrêté de manipuler la procureure de la CPI, et dont le cuisant échec a créé aujourd’hui en leur sein une grande panique. « Tout cela illustre le refus du chef de l’État de la réconciliation nationale pourtant appelé de tous les vœux par le peuple de Côte d’Ivoire et tous les acteurs de ma scène politique », a-t-il dit.


« Cet acte constitue une provocation de trop, que le peuple de Côte d’Ivoire qui a soif de paix et de réconciliation ne peut accepter, ni tolérer longtemps. Le Front populaire ivoirien et la plateforme EDS attirent l’attention de la communauté internationale sur les risques que font courir le gouvernement ivoirien, à la réconciliation et à la paix durable à la Côte d’Ivoire ».


Face à ce qu’il appelle une fuite en avant du gouvernement, Assoa Adou a tenu à interpeller le régime RHDP pour toutes ces choses qui laissent entrevoir un certain désordre dans les temps avenir. « Devant cette fuite en avant du gouvernement ivoirien, il met ainsi en péril notre pays. Le Front populaire ivoirien et la plateforme EDS, appellent ainsi les ivoiriens à plus de vigilance et de mobilisation, sans faiblesse pour imposer la paix, par la réconciliation nationale », a-t-il indiqué.

 
Avant de poursuivre « le Front populaire ivoirien et la plateforme EDS condamnent fermement cette entrave à la réconciliation nationale que le gouvernement ivoirien vient de poser. Cet acte constitue une provocation de trop, que le peuple de Côte d’Ivoire qui a soif de paix et de réconciliation ne peut accepter, ni tolérer longtemps. Le Front populaire ivoirien et la plateforme EDS attirent l’attention de la communauté internationale sur les risques que font courir le gouvernement ivoirien, à la réconciliation et à la paix durable à la Côte d’Ivoire. Il demande à la CPI d’éviter de s’immiscer dans le débat politique aux risque d’assurer une grande part de responsabilité dans le désordre vers lequel gouvernement ivoirien veut diriger le pays. En tout état de cause le peuple sera prendre ses responsabilités pour assurer à la Côte d’Ivoire la paix, la réconciliation, dont dépend la stabilité du pays et son développement ».

Par ailleurs, il tenu à mettre fin à la spéculation concernant l’ex-première dame Simone Gbagbo, qui serait, d’après certains, tombée en disgrâce au sein de son propre camp. Il a affirmé que Simone Gbagbo joue pleinement son rôle de deuxième vice-présidente du parti. Car c’est elle qui préside toutes les réunions de secrétariat exécutif, de secrétariat général et de comité central du FPI.


Jean Cyriel A

CÔTE D’IVOIRE/ PROCES CONTRE GBAGBO : ”tout cela n’est rien d’autre qu’une Cabale politique pour écarter un adversaire gênant en 2020” Assoa Adou, SG FPI

par Civnews. net temps de lecture: 4 min
0