CÔTE D’IVOIRE / PROCES BLE GOUDE : les avocats se “déportent” de la procédure juridique de leur client, les raisons


Le collectif de la défense de Charles Goudé a décidé de se “déporter” de la procédure judiciaire du président du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP), acquitté par la Cour pénale internationale (CPI), pour fautes de procédures juridiques, a indiqué Me Clavère N’dri, avocat du pénitencier, mercredi au Palais de Justice d’Abidjan au Plateau.


La semaine dernière, les Avocats chargés de la défense de Charles Blé Goudé ont sollicité un renvoi devant cette même chambre d’instruction parce qu’ils ont estimé qu’il avait une pièce très importante dans le dossier.  La pièce dont l’omission ne permettait pas l’avancée dans cette procédure. Cette pièce qui devait être mise à la disposition du collectif d’Avocat chargé de la défense de M. Charles Blé Goudé, “leur avait été donné seulement hier (mardi) à 12h 26 min”.

Selon lui, le code dit, qu’avant cette procédure, les Avocat doivent déposer leur mémoire 24h avant. “Quand vous nous donnez une pièce à 12h 26 min, alors que nous sommes au Plateau et que le collectif des Avocats doit se réunir pour donc étudier le mémoire à produire à 15h au plus tard. Il était matériellement impossible de pouvoir tenir dans le temps”.

“Nous sommes venu, demandé respectueusement à la Chambre d’instruction de bien vouloir reporter cette procédure pour une semaine, soit mercredi prochain pour permettre aux Avocats  de bien jouer pleinement leurs rôles”, a-t-il dit, avant de clamer,  “nous ne sommes pas les enjoliveurs de l’œuvre de la justice. Nous sommes des défenseurs des Droits, nous ne venons pas dans une salle d’audience pour faire du spectacle, nous venons jouer pleinement notre rôle toutes fois que nous voyons que la liberté des uns et les autres se trouvent en vacance”.

A LIRE AUSSI// DAOUKRO/PLATEFORME NON IDEOLOGIQUE DE L’OPPOSITION/ CDRP: Bédié désigné président; Guikahué, Secrétaire permanent; Gnonzié, Porte-Parole

 Quand ” nous avons donc buché sur la question du renvoie, la Chambre d’instruction a estimé que l’audience pouvait se poursuivre. Pour cela, nous avons dit que ce n’était pas possible, vue que la pièce nous a été donnée   seulement que hier (mardi), vous nous demandez qu’aujourd’hui de vous produire un mémoire oral“, s’est-il indigné.

 Echangeant sur cette question et “comme ils semblaient ne pas nous entendre, la juridiction dans ce que nous avons demandé”, et que nous estimons “légitime pour les droits de la défense”, “le collectif a donc décidé se déporter de cette affaire”. “Nous ne sommes plus dans cette Affaire pour l’heure”, a déclaré l’Avocat de Charles Blé Goudé.

“Nous avons fait connaitre à la Chambre, s’ils veulent poursuive la  procédure (…), qu’ils la poursuivent, mais c’est sans nous. Parce qu’on ne peut pas rester dans une salle pour donner l’impression au justiciable, aux citoyens ivoiriens qu’il y a des Avocats qui constituent un contrepoids à cette justice. Toutes les fois où nous n’avons pas la possibilité de jouer pleinement notre rôle, nous ne voyons pas pourquoi est-ce que, nous pouvons être dans une salle d’audience”, a-t-il déploré.  

Concernant, la pièce capitale, en question qui a constitué le deuxième report, Me N’dri a fait savoir que cette pièce, concerne purement et simplement, le transfèrement de Charles Blé Goudé à Cour pénale internationale (CPI),qui est relative à l’audience qui s’était tenue exactement dans la même salle, le vendredi 21 mars 2014, où les lui et ses confrères avaient  pris part.

Il a expliqué que, “la Côte d’Ivoire avait la possibilité de juger M.Blé Goudé  pour les faits relatifs à la crise postélectorale (2010-2011). Mais elle a décidé de (le) livrer à la CPI, où il s’y trouve. A 5 ans de procédure pour un acquittement à l’heure actuelle et comme par extraordinaire cette même justice vient s’auto saisir pour se déclarer compétente. D’où une procédure non démocratique”, selon lui.

“Nous pensons que c’est une insécurité sur tous les citoyens parce qu’on ne peut pas se comporter de la sorte”, sachant que “cette pièce était importante”, a-t-il dit, estimant que “pour l’heure, Charles Blé Goudé ne peut pas être jugé en Côte d’Ivoire parce que les autorités ivoiriennes y compris les autorités judiciaires ont décidé de renoncer à leur droit de poursuivre leur nationale au profit d’une juridiction internationale”, a-t-il expliqué.

Pour lui, ” au moment où Charles Blé Goudé fait face à cette justice internationale, on ne peut pas sur d’autres qualifications, d’ailleurs abrogés par les derniers textes de l’article 564 du code pénal qui abroge les dispositions anciennes visées par le juge d’instruction à savoir : « crimes contre les populations civiles » et « crimes contre les prisonniers de guerre »  qui n’existent plus dans notre législation” a-t-il révélé, s’interrogeant, “comment peut-on continuer de poursuivre un citoyen sur la base de ces textes abrogés ?”

Il a souligné pour l’heure, que “le dossier, Charles Blé Goudé n’a pas d’Avocat, donc ils peuvent continuer comme ils veulent, prenant les décisions qu’ils veulent”, (et) que “cette procédure qui se poursuit présentement sans un défenseur de l’ancien ministre”.

A 12 mois de l’élection présidentielle de 2020, il semble que le régime de Ouattara, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) veut éliminer ses farouches adversaires de l’opposition afin de s’offrir sur un plateau d’or le fauteuil présidentiel. En les condamnant Charles Blé Goudé dans ce procès et Laurent Gbagbo qui a déjà écopé 20 ans de prison ferme en Côte d’Ivoire pour « braquage de la BECEAO », lors de la crise postélectorale, il aura verrouillé l’élection présidentielle avant la date.


Hermann KOFFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CÔTE D’IVOIRE / PROCES BLE GOUDE : les avocats se “déportent” de la procédure juridique de leur client, les raisons

par Civnews. net temps de lecture: 4 min
0